Réunion du Bureau élargi à Paris

C’est dans les locaux de l’Agence Universitaire de la Francophonie, Place de la Sorbonne à Paris, que les membres du Bureau du RICSF se sont réunis le 29 mai 2018 en configuration élargie en présence notamment de Mme Rajae Essefiani, membre du cabinet de Mme la Secrétaire Générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie et de M. Gaël de Maisonneuve, délégué aux affaires francophones du ministère français de l’Europe et des Affaire étrangères.

Après avoir été accueillis par le Recteur Jean-Paul de Gaudemar, les membres du Bureau ont examiné différents points relatifs à la vie du réseau : les nouvelles candidatures, le remplacement de titulaires, les cotisations, le programme d’évaluation.

De même, les membres du RICSF ont échangé sur l’état d’avancement de plusieurs actions collectives : le programme « Mémoires Vivantes de la Francophonie », l’ouvrage sur « Les nouveaux visages de l’Afrique », la Revue internationale des Francophonies, la cartographie des compétences, le colloque sur l’élite féminine en francophonie qui se tiendra à Erevan ou encore la prochaine réunion annuelle.

Le compte-rendu détaillé des échanges et des décisions est disponible ici.

A noter que le président Jean-François Simard, très ému, a annoncé sa démission car ses fonctions universitaires sont incompatibles avec ses nouvelles activités politiques. Conformément aux statuts, la présidence par intérim est exercée par le professeur Olivier Garro jusqu’à la prochaine réunion annuelle.

Pour clore cette journée de travail, les participants ont eu l’honneur et le plaisir d’être reçu à dîner à l’Assemblée nationale par M. Jacques Krabal, député de l’Aisne (France) et secrétaire général parlementaire de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie.

 

Inauguration de la chaire Senghor de Galatasaray

L’université Galatasaray (GSÜ) accueille depuis 2017 une chaire Senghor de la francophonie. Ce nouvel outil de rayonnement scientifique régional, mis en place dans le cadre du renforcement de la politique linguistique de GSÜ, a été officiellement inauguré le 26 avril dernier en présence de M. Charles Fries, ambassadeur de France en Turquie, le Professeur Albert Lourde, président honoraire du Réseau international des Chaires Senghor de la Francophonie et Recteur honoraire de l’Université Senghor d’Alexandrie, le Professeur Olivier Garro, secrétaire général du Réseau international des Chaires Senghor de la Francophonie et Directeur de l’Institut international pour la Francophonie à Lyon. Ont également participé, le professeur Jacques Comby, président de l’Université Jean Moulin Lyon 3 ainsi que M. Bertrand Buchwalter, consul général de France et M. Mohamed Ifriquine, consul général du Maroc.

La cérémonie était dédiée à la mémoire du professeur Michel Guillou, premier recteur de l’Agence universitaire de la francophonie et fondateur du Réseau international des Chaires Senghor de la Francophonie et de l’Institut international pour la Francophonie. Cette journée a été aussi l’occasion de réaffirmer la solidarité entre les chaires, de susciter avec un large public francophone un débat sur l’intérêt de la francophonie en Turquie et de travailler sur les projets en cours et à venir.

La chaire Senghor de l’université Galatasaray est la dernière née du réseau. Ses activités se développent autour de trois axes : i) relations internationales, ii) littératures du Maghreb et d’Afrique Subsaharienne, iii) développement. Elle associe sur ces thèmes des chercheurs francophones d’autres établissements d’enseignement supérieur d’Istanbul, notamment des universités de Marmara et Yeditepe.

La titulaire en est Mme le Professeur Füsun Türkmen, directrice du département de relations internationales de l’université Galatasaray et également vice-présidente du réseau international des chaires Senghor.

Plusieurs articles ont paru pour l’occasion dans la presse turque (par exemple ici dans Memleket)

Pour tout savoir sur la France et la francophonie politique

« La France et la francophonie politique. Histoire d’un ralliement difficile »

Titulaire de la Chaire Senghor de l’Université Savoie Mont Blanc et membre de l’Académie des sciences d’outre-mer, le professeur Frédéric Turpin publie un nouvel ouvrage consacré à la France et la francophonie politique.

« La France est, de nos jours, un des piliers de l’OIF. Ce choix raisonné en faveur d’une coopération intergouvernementale francophone, étendue aux domaines politiques et plus seulement cantonnée à l’éducation et à la défense de la langue française, a été long et difficile à se dessiner. À partir des archives de la présidence de la République française, pour certaines inédites, des témoignages des acteurs et témoins, ce livre propose une relecture du ralliement de la France à la francophonie institutionnelle et politique qui prenne en compte tous les enjeux de politique étrangère et de puissance de la France : question québécoise, relations franco-africaines, multilatéralisme, etc. »

 

 

Célébration des Journées de la Francophonie de la Vallée d’Aoste

Pour célébrer les journées de la francophonie le Pr. Térésa Grange, titulaire de la chaire Senghor de la Vallée d’Aoste à invité le Pr. Ouidad Tebbaa, titulaire de la chaire Senghor de Marrakech Le programme a été aussi dense qu’intéressant :

• Jeudi 22 mars, rencontre institutionnelle avec le Président du Conseil Régional de la Vallée d’Aoste pour un échange à propos des institutions de la Francophonie
• Jeudi 22 mars, Conférence « Enjeux et perspectives d’une inscription sur la liste du patrimoine de l’UNESCO » Salle Saint-Anselme de l’Université de la Vallée d’Aoste
• Vendredi 23 mars, participation à l’Ouverture de la Journée Portes Ouvertes de l’Université de la Vallée d’Aoste
• Vendredi 23 mars, participation à la réunion du Comité Senghor de l’Université de la Vallée d’Aoste
• Samedi 24 mars visite du site de Saint-Martin de Corléans et ensuite, dans la salle de conférences du site, conversation avec des fonctionnaires et responsables de la Région:  » Le patrimoine archéologique: de la recherche à la médiation ».

3 titulaires de Chaire réunis à Lyon

M. Olivier Garro, directeur de l’Institut international pour la Francophonie et secrétaire général du Réseau international des Chaires Senghor de la Francophonie, a eu le plaisir d’accueillir le mercredi 28 février 2018 Mme Ouidad Tebbaa, titulaire de la Chaire de Marrakech, et Mme Teresa Grange, titulaire de la Chaire de la Vallée d’Aoste, pour une réunion de travail.

 

 

Hommage au Recteur Michel Guillou

 

Aujourd’hui, c’est toute la Francophonie qui est en deuil

Je cherche encore les mots pour vous partager la peine qui m’habite. On dit souvent que la vie est faite de rencontres, bien plus que de hasards. J’aurai eu la chance de connaître Michel dans le cadre d’une conférence internationale organisée par l’Université Senghor, sur la Francophonie économique, en 2006. C’est ainsi que la formidable aventure des Chaires Senghor s’est ouverte à moi. Et depuis, malgré les hauts et les bas que nous impose inévitablement la vie, nos chemins ne se sont jamais vraiment éloignés.

Tant de choses me séparaient pourtant de cet homme. Nous n’appartenions pas à la même tradition politique, nous n’étions pas de la même génération, lui européen, moi nord-américain. Mais cela serait sans connaître la perspicacité de l’homme qu’il était. Michel n’avait que faire de frontières. Pour lui, la différence était une occasion de rapprochement. Michel était un rassembleur, un homme qui, n’ayant pas peur des combats, demeurait méthodiquement soucieux des convergences. Il croyait que la Francophonie grandissait dans la synergie de nos différences.

Toute sa vie, Michel a fait de la Francophonie un idéal de vie;  un idéal qu’il savait rendre contagieux. Il était difficile de demeurer insensible à sa passion, à son entièreté. Michel était doté d’une personnalité forte. Il ne faisait pas que nous interpeller, il nous responsabilisait, il nous solidarisait. Il avait l’art. Je n’avais que la critique.

Aujourd’hui, c’est toute la francophonie qui est en deuil.

Recteur central dans le développement de l’AUF, il a poursuivi son œuvre francophone à travers le Réseau international des Chaires Senghor. Alors que tant d’apparatchiks passent sans avoir le temps, ou sans avoir le talent, Michel a laissé derrière lui une organisation qui survit à son départ, preuve de la fécondité de son héritage, preuve de la pertinence de ses intuitions. Il était un artisan au sens noble du terme.

Témoin des profondes reconfigurations de son époque, il était habité par un sentiment d’urgence. Guillou le bâtisseur s’est ainsi imposé comme un grand théoricien de Francophonie, peut-être même le plus prolifique depuis Léopold S. Senghor. Il nous reviendra la lourde responsabilité de rendre justice à la richesse de sa pensée.

Aujourd’hui, ce n’est pas que notre Réseau qui s’attriste du décès de son père fondateur. Aujourd’hui, c’est toute la Francophonie qui est en deuil.

Merci Michel !

 

Jean-François Simard, président du Réseau international des Chaires Senghor de la Francophonie

 

 

Regards croisés sur la lexicopoïèse à Lyon

Les 17 et 18 novembre, la Chaire Senghor de Lyon a accueilli 2 journées d’étude sur le Dictionnaire francophone intitulées « Regards croisés sur la lexicopoïèse ». Plusieurs sessions de travail ont ainsi permis d’échanger sur la fabrication des dictionnaires, sur l’usage, la néologie et le dictionnaire autour des francophonies, ou encore sur les lexicographies collaboratives en ligne.

Le Professeur Olivier Garro, directeur de l’Institut international pour la Francophonie (université Lyon 3) et titulaire de la Chaire Senghor de Lyon, ainsi que le recteur Jean Tabimanga, titulaire de la Chaire Senghor de Yaoundé, ont personnellement participé à ces travaux.

 

Nouveau cycle de conférences à la Chaire Senghor d’Erevan

Sous l’autorité du Recteur Jean-Marc Lavest, la Chaire Senghor d’Erevan a tenu le 12 octobre 2017 sa première conférence de l’année universitaire 2017-2018 en collaboration avec l’association française « Droit et Commerce ». De nombreux représentants de l’association, parmi lesquels la présidente Mme Gachucha Courréré, avaient fait le déplacement en Arménie.

Au cours des travaux, son Excellence l’Ambassadeur Jonathan Lacôte a souligné la dimension stratégique des collaborations entre la France et l’Arménie autour du Droit. Mme Garine Hovsepian, Doyenne de la faculté de droit de l’UFAR, a pour sa part rappelé les missions de la Chaire Senghor en Arménie et la réelle opportunité qu’offrait ce type de conférence pour les étudiants et les doctorants.

 

 

Bucarest (Roumanie) – Record de participation pour la réunion annuelle du RICSF

La quasi-totalité des titulaires de Chaires Senghor s’est réunie à Bucarest du 12 au 16 septembre 2017 pour travailler ensemble à l’occasion de leur traditionnelle réunion annuelle.

A l’ordre du jour des travaux :

  • un atelier de prospective animé par Mme Sandra Coulibaly, responsable de la veille, de l’analyse et de la prospective à l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et M. Rial Miller, chef de la prospective à l’UNESCO ;
  • un séminaire de travail sur les nouveaux visages de l’Afrique, en présence de nombreux représentants du corps diplomatique francophone ;
  • la journée statutaire pour passer en revue l’activité, les projets et le fonctionnement du réseau.

Le compte-rendu détaillé de ses travaux sera bientôt disponible !

 

 

Les inscriptions au MOOC Francophonie 2017 sont ouvertes !

Les inscriptions pour la nouvelle session du MOOC sur la Francophonie « essence culturelle, nécessité politique » sont désormais accessibles jusqu’au 29 novembre sur la plateforme FUN : www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:lyon3+26002+session03/about

Le MOOC débutera le 18 octobre 2017 et se déroulera sur une durée de 7 semaines. Vous pourrez suivre 6 séances passionnantes animées par des membres du Réseau international des Chaires Senghor de la Francophonie.

N’hésitez pas à diffuser largement nos informations et à consulter régulièrement la page Facebook de l’Institut international pour la Francophonie !